PENDENTIF au Sirius avec Mediatone concert à Lyon
PENDENTIF + PAUPIÈRE
07/03/2018
20:00 à 23:30
facebook-logo

Le Sirius

Mediatone présente

PENDENTIF

Figurant parmi les pionniers de la nouvelle vague francophone (La Femme, Aline, Lescop, Baden Baden…) au début des années 2010, PENDENTIF tire vite son épingle du jeu avec ses chansons héritées à la fois de la pop anglo-saxonne et de la variété française. Des chansons en forme de cartes postales qui rayonnent sur un premier album, Mafia douce. Leur nouvel album, Vertige Exhaussé, est à l’aune d’influences disparates : la pop moderne de Saint Etienne, l’électronique contemplative de Toro Y Moi, la fraîcheur insolente des films de Jacques Rozier, le R&B sensuel de Blood Orange. Il virevolte entre mélodies addictives, rythmes chaloupés, atmosphères cotonneuses et refrains entêtants. La voix suave de Julia Jean-Baptiste (Nouvelle Vague) n’est pas sans rappeler celle de l’immense Sade, et se joue avec délice de ces montagnes russes. Dans un paysage hexagonal musicalement de plus en plus éclaté, Pendentif trouve le juste milieu, le bon tempo.

www.facebook.com/pendentif/

 

Tarifs Préventes : 10 €* *+ frais de loc.
Plein tarif (guichet, carte M’ra) : 12€

Billetterie Weezevent

Chargement de la carte…

PAUPIERE

Dans PAUPIERE, il y a «peau» et «pierre», soit l’organique et le minéral, la sensibilité et la dureté. C’est cette singulière alliance que le jeune trio montréalais développe sur leur passionnant premier album À jamais privé de réponses, après un EP sorti en 2015. Chanté à trois voix, l’album regorge de petits exercices polysémiques et poétiques, multipliant les possibilités d’interprétation.  La sensualité souterraine du triangle glamour et flamboyant qu’ils forment sur scène les rapproche ainsi d’autres montréalais mariant ambiguïté queer et dance-music, comme Bernardino Femminielli, Jef Barbara ou Peter Peter. Mêlant synth-pop anglaise et chanson francophone, Paupière semble invoquer dans son alchimie musicale et amoureuse une libération, un changement de paradigme. Baisser les paupières, dans la danse ou dans l’écoute, c’est ainsi laisser le monde suivre sa course, le laisser être. Et cela pourrait être un mot d’ordre générationnel : fermez les yeux, on voit bien mieux.

www.facebook.com/paupieremusic

PAUPIERE au Sirius avec Mediatone concert à Lyon